Les Chefs d’Etats africains se sont réunis ce 23 avril au Caire en Egypte pour apporter des solutions pacifiques et adaptées aux crises qui affectent profondément ces deux pays.

Le président congolais Denis Sassou N’Guesso, en sa qualité du président du comité de haut niveau de l’UA sur la Libye, a joint sa voix avec celles d’autres dirigeants africains sur la question de la Libye.

En plus, le Soudan qui connait une crise politique accentuée par des manifestions de la rue depuis plus de 3 mois ayant pour conséquence directe, la démission du président Omar El Bechir, a fait aussi l’objet d’une attention particulière des chefs d’Etat africains.

Pour sa part, Denis Sassou N’Guesso a multiplié de nombreuses initiatives en direction des parties prenantes libyennes, depuis qu’il avait été chargé de cette mission par ses pairs. En février dernier, lors du 32ème sommet de l’UA à Addis-Abeba, les chefs d’Etat et de gouvernement ont adopté une feuille de route en vue du dénouement de cette crise.

Celle-ci prévoyait un forum inter-libyen de réconciliation, en juillet 2019, avant les élections générales. Il s’agissait-là d’un  « chemin pragmatique et réaliste de sortie de crise, en vue d’un processus électoral apaisé en Libye », soutenait, à cette occasion, le président Denis Sassou-N’ Guesso.

Puis, de passage à Brazzaville, le président de la commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat avait rencontré le Chef de l’Etat congolais, le 18 avril dernier  soulignant « le devoir de l’UA d’accompagner la Libye pour que la transition soit conforme à la volonté du peuple et surtout permettre le retour de la légalité constitutionnelle ».

Selon certains observateurs, la solution à la crise libyenne est rendue complexe par beaucoup de facteurs dont la multiplicité des interventions. Si l’Union africaine ne s’y oppose pas, l’organisation panafricaine plaide cependant pour que toutes ces initiatives soient concertées, associent les acteurs concernés et surtout l’Union africaine.

A noter que cette rencontre se tient quelques jours après la visite du ministre congolais des affaires étrangères en Egypte, au près de son homologue des affaires étrangères. Le chef de la diplomatie congolaise étai porteur d’un message à son homologue, Abdel Fattah Al Sissi. Ce dernier a, par la suite, reçu le maréchal libyen, Khalifa Haftar, l’un des protagonistes de ce conflit libyen.

En tout cas, la situation sécuritaire en Libye est à ce jour de plus en plus préoccupant. Ce,  depuis l’assaut lancé, le 4 avril dernier, par le maréchal Khalifa Haftar pour s’emparer de Tripoli.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
19 × 24 =