Coupe d'un arbre par les forestiers au coeur de la forêt congolaise sur le site d'exploitation de la forêt de l'IFO (Industie forestière de Ouesso, du groupe allemand Danzer), à Ngombe, prés de Ouesso, dans le département la Sangha au nord du Congo.

La communauté internationale célèbre ce jour, la Journée mondiale de l’environnement sur le thème « La biodiversité : c’est un appel à l’action pour lutter contre la perte accélérée d’espèces et de dégradation du monde naturel ».

En effet, plus de 1.000.000 d’espèces végétales et animales sont menacées d’extinction, en grande partie à cause des activités humaines. Ces dernières statistiques sont plus qu’alarmantes et doivent interpeller la conscience collective sur l’exploitation effrénée des ressources naturelles.

D’où cette journée particulière nous invite aujourd’hui à repenser la manière dont nos systèmes économiques ont évolué et l’impact qu’ils ont sur l’environnement. Puisque dans l’ordre des choses, l’action de l’homme devrait concourir à pérenniser la biodiversité dans le respect de la nature.

Scène de braconnage des éléphants/Image DR

Ceci pour que la nature continue à insuffler en l’homme la vie génération après génération. Ainsi, le braconnage des espèces animales protégées, l’exploitation sauvage des forêts, la pollution de l’air et des eaux à des fins purement économiques constituent des actes immoraux à prohiber.

La déforestation sauvage

L’éclat de ce jour de célébration est assurément entaché par les contraintes de la pandémie de covid-19 qui sévit jusqu’ici le genre humain. La férocité même de ce virus encore non maîtrisée est la preuve vivante que la nature, par mauvaise manipulation de l’homme peut nuire à l’Homme.

Que vive la biodiversité pour que l’homme soit et se maintienne en harmonie avec la nature !

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
3 + 25 =