Face à l’essor rapide du numérique, les professionnels de l’information et de la communication n’ont qu’une seule option : s’arrimer aux conditions de travail qu’imposent les nouvelles technologies. C’est le but de la deuxième édition des ateliers E-journalisme ouverte ce 25 septembre à Brazzaville.

‘‘Le journaliste congolais face aux défis du numérique’’, c’est le thème de cette édition axée sur la réglementation des médias en ligne en République du Congo.

Philippe Mvouo

Pendant deux jours, les participants à ses assises initiées par la plateforme Boost bénéficient d’une série de formations sur le journalisme mobile et ses modalités pratiques. Une initiative fortement appréciée par les autorités de tutelle. A l’instar du ministre de la communication et des médias, Thierry Moungalla. Il a évoqué la nécessité pour les médias de s’arrimer aux exigences professionnelles de l’ère. Et, aux professionnels d’acquérir des compétences technologiques.

L’intervention du ministre par visioconférence depuis Paris en France montre à suffisance, selon quelques participants, la place de choix qu’occupe actuellement le E-journalisme dans le pays.

Le président du conseil supérieur de la liberté de communication, Philippe Mvouo s’est exprimé sur l’importance qu’il accorde aux médias numériques déjà présents. En dépit de ces aspects, le E-journalisme requiert aussi quelques recommandations. Celles liées à la règlementation de ce secteur bien que libéral.

Le Ministre Léon Juste Ibombo

Le ministre des postes, télécommunications et de l’économie numérique Léon juste Ibombo, saluant à son tour l’engagement pris par la plateforme Boost, souhaite que les responsables de médias en ligne soient dans les normes.

Le patron des Télécoms a également évoqué la volonté du gouvernement à mettre en place des lois de lutte contre la délinquance numérique. « Le numérique est un atout. Et tout le monde doit vivre avec le numérique. Mais le secteur du numérique doit être réglementé », a-t-il précisé.

À l’issue de ces ateliers, les initiateurs pourraient donc passer à la cartographie des médias numériques.

1 COMMENT

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
24 ⁄ 8 =