En vue de s’assurer du bon déroulement du baccalauréat technique dans les départements du pays, le ministre de tutelle, Ghislain Thierry Maguessa Ebomé a effectué le 1er juillet,  la ronde des centres d’examen des départements du Kouilou et du Niari.

A Dolisie, chef-lieu du département du Niari, un candidat a été arrêté de poursuivre les épreuves dès le premier jour de l’examen pour cas de fraude par téléphone, indique la coordonnatrice des centres Nadège Okemy. Ce candidat se trouve présentement auprès des services de police.

Le département du Niari compte un effectif de 507 candidats, répartis dans trois centres.  Ils ont planché sur les épreuves de l’économie générale, l’étude des cas,  les mathématiques et l’anglais.

SUIVEZ EN VIDEO LE LANCEMENT DES EPREUVES A BRAZZAVILLE

Le ministre a rappelé aux surveillants après la distribution des copies d’accomplir leur tâche pour le bon déroulement de l’examen en accomplissant pleinement leur mission. « Que personne ne triche. Si un candidat ait pris la main dans le sac, il n’ira pas seul aux services de police, mais avec le surveillant de  salle parce que c’est un laxisme de votre part », a précisé le ministre.

Aux candidats, le message a été  que les surveillants ne les torturent pas, mais les surveille pour maintenir l’ordre établi.

En rappel, les centres de Dolisie connaissent un problème de code à barres et de gestion du temps où les épreuves se succèdent.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
4 × 26 =