Photo de famille

Le tour est revenu le 27 juillet, aux femmes parlementaires, élues locales et maires d’arrondissement d’échanger avec le Secrétariat exécutif permanent du Conseil consultatif de la femme (CCF).

EXTRAIT DU DISCOURS D’ANTOINETTE KEBI

La rencontre s’inscrit dans le cadre de la poursuite de la série d’échanges entre le Conseil et les femmes issues des différentes catégories socio-professionnelles, lancée au début de ce mois en cours.

Au cours de cette troisième phase, la séance de travail a permis à la Secrétaire exécutive du Conseil consultatif de la femme Antoinette Kebi, de recueillir tout le ressenti des femmes parlementaires, maires et conseillères municipales sur les situations qui les préoccupent. Notamment, la question de la parité qui semble-t-il souffre encore de plusieurs insuffisances.

Une vue de la séance de travail

Cela a été épinglé par la conseillère Aurelie Loemba qui soutient « le processus doit évoluer en ce qui concerne l’égalité homme-femme. La parité doit encore aller de l’avant. En effet, il faut qu’il y ait beaucoup plus de femmes à l’avenir pour confirmer cette égalité. Il faut motiver les femmes car nous sommes bloquées par la loi de la parité. On applique pour le moment, la loi sur les 30% dans chaque liste où il faut avoir trois femmes sur dix. »

Elle a également révélé sa proposition d’établir une liste zébrée ‘‘Homme-Femme’’ de manière équitable.

Toutefois, il sied de rappeler que très souvent, la notion de parité devrait être liée à la compétence, au-delà de toute considération misogyne.

Antoinette Kebi, Secrétaire exécutive du Conseil consultatif de la femme

Pour sa part, la patronne de l’organe consultatif, Antoinette Kebi a eu des mots justes pour rassurer les femmes sur l’engagement du Conseil. « Nous avons pour mission de donner nos avis au Président de la République et nous faisons aussi les suggestions au gouvernement. On ne peut que le faire à partir des constats que nous faisons dans la vie, le vécu de ces femmes dans leurs attributions quotidiennes » a-t-elle exprimé.

Une manière pédagogique de mieux cerner les problèmes et préoccupations qui rythment la vie des femmes parlementaires, maires et élues locales.

Notons que la série de rencontres entre le Conseil consultatif de la femme et les femmes issues des catégories socio-professionnelles se poursuit jusqu’au mois de septembre de l’année en cours.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
25 − 14 =