Antoinette Dinga Dzondo exhorte sur la vigilance dans l'usage des équipements

La campagne de dotation des formations sanitaires en équipement de protection individuelle (Epi) a été lancée le 22 février, par la ministre des Affaires sociales, de l’Action humanitaire et de la Solidarité, Antoinette Dinga Dzondo, au centre de santé intégré de Moukondo à Brazzaville.

Un échantillon de la dotation composée entre autres de 6050 masques chirurgicaux, 113 masques FFP2, 3.000 gants nitriles, 2.000 gants latex, 150 blouses charlotte, 50 sur- chaussures, 38 gels hydroalcooliques 500ml ainsi que des thermo flashs a été donné au chef du centre de Moukondo.

Une vue des invités

Antoinette Dinga Dzondo l’a transmis au nom de la ministre de la santé, Lydia Mikolo, en présence de l’ambassadeur de France au Congo, François Barateau, celui de l’Union européenne au Congo Raul Paula Mateus, le président de la Croix-Rouge congolaise, Christian Cedar Ndinga ainsi que le chef de délégation de la Croix-Rouge française, Jérôme Socie, venus répondre à l’appel du gouvernement congolais dans l’exécution du plan national de riposte à l’épidémie de Covid-19, afin de limiter la propagation des épidémies, tout en favorisant l’accès des populations congolaise aux soins de santé primaires.

Le projet est financé à 1,7 milliards de F CFA et concerne six départements à savoir : Brazzaville, Pointe-Noire, Bouenza, Niari, Cuvette et Sangha. Il a été mis en exécution depuis juillet 2020 et prendra fin en novembre 2021.

L’ambassadeur de France au Congo, François Barateau estime qu’« un tel projet  illustre très bien l’impérieuse nécessité d’agir collectivement et de manière coordonnée sous le leadership des autorités congolaises, afin d’optimiser la réponse à la pandémie et d’être efficace pour améliorer la santé des populations congolaises ».

L’ambassadeur de l’Union européenne, Raul Mateus Paula

Quant à l’ambassadeur de l’Union européenne, Raul Mateus Paula « dans la progression vers une issue favorable à la crise sanitaire que nous connaissons, un effort collectif est indispensable pour apporter un soutien plus efficace aux populations en situation de vulnérabilité. Une approche multisectorielle, une collaboration étroite et une bonne coordination des secteurs de la santé et apparentés, des partenaire bilatéraux (…) est indispensable ».

Le chef de délégation de la Croix-Rouge française, Jérôme Socie, « le projet concerne cent quarante-sept districts sanitaires, trois cents agents de santé et cinq cents volontaires ».

Jérôme Socie a, de même, avoué que sa structure a diligenté une mission d’évaluation des inondations sur le corridor fluvial, en ce qui concerne la gestion de risque des catastrophes. Toutefois, elle projette « le financement d’une réponse à ces inondations avec distribution des produits non-alimentaires ».

  • Par ailleurs, Antoinette Dinga Dzondo a déclaré qu’« Au Congo, la bataille n’est pas encore gagnée car le pays achemine vers neuf mille cas. Nous assistons désormais à l’émergence de nouveau variant du virus. Ce qui pose de nouveaux défis sur le plan du diagnostic et de la surveillance. Le projet pourra apporter un soulagement dans la réponse épidémiologique à base communautaire ».
Photo de Famille

A noter que la cérémonie de lancement de cette campagne de dotation a été couplée à la célébration du 57e anniversaire de la Croix-Rouge congolaise.

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
6 + 4 =