CONGO : BIENTÔT LA MISE EN ŒUVRE D’UN PROJET DE LUTTE CONTRE LES EPIDEMIES !
La délégation se fait tester avant d’intégrer la salle

Le projet de lutte contre les épidémies sera bientôt mis en œuvre. Ainsi, les modules de formation sur la prévention et contrôle des infections (PCI) sont en révision du 12 au 14 janvier au cours d’un atelier qui a réuni à Brazzaville, les acteurs de riposte aux épidémies et plusieurs autres experts œuvrant dans l’humanitaire.

La session de formation est organisée précisément à Vouela dans le huitième arrondissement Madibou, en collaboration avec la commission PCI, la Croix-Rouge congolaise ainsi que la Croix-Rouge française.

L’objectif étant d’accompagner le ministère de la santé dans l’exécution du plan de riposte national, afin de limiter la propagation du covid-19 et favoriser l’accès aux soins de santé primaire des populations.

CONGO : BIENTÔT LA MISE EN ŒUVRE D’UN PROJET DE LUTTE CONTRE LES EPIDEMIES ! Les modules de formation sur la prévention et contrôle des infections (PCI) sont en révision du 12 au 14 janvier au cours d’un atelier qui a réuni à Brazzaville, les acteurs de riposte aux épidémies et plusieurs autres experts œuvrant dans l’humanitaire. La session de formation est organisée précisément à Vouela dans le huitième arrondissement Madibou, en collaboration avec la commission PCI, la Croix-Rouge congolaise ainsi que la Croix-Rouge française. L’objectif étant d’accompagner le ministère de la santé dans l’exécution du plan de riposte national, afin de limiter la propagation du covid-19 et favoriser l’accès aux soins de santé primaire des populations. Durant trois jours, les dix-huit séminaristes ont pour vocation d’ajuster les modules à un contexte volatile qui ne cesse d’évoluer ; harmoniser les contenues de ces formations et enfin acquérir des supports homologués par le ministère de la santé. A l’ouverture des travaux, le chef de délégation de la croix rouge française, Jérôme SOCIE a énoncé que d’autres formations sont en vue et « seront dispensées à différents niveaux de la pyramide sanitaire, ainsi qu’au sein de la croix rouge congolaise sur les thématiques suivants : la communication des risques et engagement communautaire (CREC), la surveillance à base communautaire (SBC), ainsi que le respect des standards de PCI ». Souhaitant plein succès à la session, le responsable de la commission PCI nationale, Docteur Lambert Kitembo a indiqué aux participants que « les livrables sont attendus et nous pensons que tout le monde s’alignera derrière ces livrables de telle sorte qu’il n’y ait pas cacophonie. Et, nous contenons à constituer une banque de données à partir de cet instant » pour servir aux besoins futurs. A noter que ladite formation s’inscrit dans le cadre du projet de lutte contre les épidémies. Un projet financé par l’Agence française de développement (AFD), et la délégation de l’Union Européenne consistant à renforcer les capacités de riposte aux épidémies dans six départements du pays. Il s’agit donc de la Bouenza, Brazzaville, Niari, Cuvette, Pointe-Noire et la Sangha. Depuis le 09 octobre, les réalités que vivent les populations des zones inondées dans les Plateaux, la Cuvette et la Likouala sont inquiétantes. En témoigne Roch Bouetou-Kadilamio, chef de département gestion des catastrophes à la Croix-Rouge congolaise. Selon lui, le constat révèle « le problème de l’eau potable qui se pose avec acuité » dans ces zones à cause de la montée des eaux. Au moment où la pandémie à Covid-19 menace les pays du bassin du Congo, le financement de ce projet pilote de 12 mois vient à point nommé afin de minimiser les risques sanitaires, de réduire leur impact et de prévenir leurs conséquences au Congo.
Les séminaristes à pied d’œuvre

Durant trois jours, les dix-huit séminaristes ont pour vocation d’ajuster les modules à un contexte volatile qui ne cesse d’évoluer ; harmoniser les contenues de ces formations et enfin acquérir des supports homologués par le ministère de la santé.

A l’ouverture des travaux, le chef de délégation de la croix rouge française, Jérôme SOCIE a énoncé que d’autres formations sont en vue et « seront dispensées à différents niveaux de la pyramide sanitaire, ainsi qu’au sein de la croix rouge congolaise sur les thématiques suivants : la communication des risques et engagement communautaire (CREC), la surveillance à base communautaire (SBC), ainsi que le respect des standards de PCI ».

CLIQUEZ CI-DESSOUS POUR SUIVRE CETTE ACTUALITÉ EN VIDEO

Souhaitant plein succès à la session, le responsable de la commission PCI nationale, Docteur Lambert Kitembo a indiqué aux participants que « les livrables sont attendus et nous pensons que tout le monde s’alignera derrière ces livrables de telle sorte qu’il n’y ait pas cacophonie. Et, nous contenons à constituer une banque de données à partir de cet instant » pour servir aux besoins futurs.

A noter que ladite formation s’inscrit dans le cadre du projet de lutte contre les épidémies. Un projet financé par l’Agence française de développement (AFD), et la délégation de l’Union Européenne consistant à renforcer les capacités de riposte aux épidémies dans six départements du pays. Il s’agit donc de la Bouenza, Brazzaville, Niari, Cuvette, Pointe-Noire et la Sangha.

CONGO : BIENTÔT LA MISE EN ŒUVRE D’UN PROJET DE LUTTE CONTRE LES EPIDEMIES ! Les modules de formation sur la prévention et contrôle des infections (PCI) sont en révision du 12 au 14 janvier au cours d’un atelier qui a réuni à Brazzaville, les acteurs de riposte aux épidémies et plusieurs autres experts œuvrant dans l’humanitaire. La session de formation est organisée précisément à Vouela dans le huitième arrondissement Madibou, en collaboration avec la commission PCI, la Croix-Rouge congolaise ainsi que la Croix-Rouge française. L’objectif étant d’accompagner le ministère de la santé dans l’exécution du plan de riposte national, afin de limiter la propagation du covid-19 et favoriser l’accès aux soins de santé primaire des populations. Durant trois jours, les dix-huit séminaristes ont pour vocation d’ajuster les modules à un contexte volatile qui ne cesse d’évoluer ; harmoniser les contenues de ces formations et enfin acquérir des supports homologués par le ministère de la santé. A l’ouverture des travaux, le chef de délégation de la croix rouge française, Jérôme SOCIE a énoncé que d’autres formations sont en vue et « seront dispensées à différents niveaux de la pyramide sanitaire, ainsi qu’au sein de la croix rouge congolaise sur les thématiques suivants : la communication des risques et engagement communautaire (CREC), la surveillance à base communautaire (SBC), ainsi que le respect des standards de PCI ». Souhaitant plein succès à la session, le responsable de la commission PCI nationale, Docteur Lambert Kitembo a indiqué aux participants que « les livrables sont attendus et nous pensons que tout le monde s’alignera derrière ces livrables de telle sorte qu’il n’y ait pas cacophonie. Et, nous contenons à constituer une banque de données à partir de cet instant » pour servir aux besoins futurs. A noter que ladite formation s’inscrit dans le cadre du projet de lutte contre les épidémies. Un projet financé par l’Agence française de développement (AFD), et la délégation de l’Union Européenne consistant à renforcer les capacités de riposte aux épidémies dans six départements du pays. Il s’agit donc de la Bouenza, Brazzaville, Niari, Cuvette, Pointe-Noire et la Sangha. Depuis le 09 octobre, les réalités que vivent les populations des zones inondées dans les Plateaux, la Cuvette et la Likouala sont inquiétantes. En témoigne Roch Bouetou-Kadilamio, chef de département gestion des catastrophes à la Croix-Rouge congolaise. Selon lui, le constat révèle « le problème de l’eau potable qui se pose avec acuité » dans ces zones à cause de la montée des eaux. Au moment où la pandémie à Covid-19 menace les pays du bassin du Congo, le financement de ce projet pilote de 12 mois vient à point nommé afin de minimiser les risques sanitaires, de réduire leur impact et de prévenir leurs conséquences au Congo.
Photo de famille

Depuis le 29 octobre, les réalités que vivent les populations des zones inondées dans les Plateaux, la Cuvette et la Likouala sont inquiétantes. En témoigne Roch Bouetou-Kadilamio, chef de département gestion des catastrophes à la Croix-Rouge congolaise. Selon lui, le constat révèle « le problème de l’eau potable qui se pose avec acuité » dans ces zones à cause de la montée des eaux.

Au moment où la pandémie à Covid-19 menace les pays du bassin du Congo, le financement de ce projet pilote de 12 mois vient à point nommé afin de minimiser les risques sanitaires, de réduire leur impact et de prévenir leurs conséquences au Congo.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 ⁄ 10 =