Studio du comité technique de riposte dédié à la presse

Désormais plus d’amalgame sur l’évolution du Covid-19 au Congo. Le président de la République a instruit la ministre de la santé, Lydia Mikolo de renforcer l’action de la presse pour une meilleure sensibilisation. Elle a échangé avec les responsables des médias, ce 10 avril à Brazzaville.

LYDIA MIKOLO SUR LE CONFINEMENT ET L’AUTOMÉDICATION (COVID-19)

Le but de l’échange est de faire toute la lumière sur le rythme réel de la propagation de la pandémie (sur toute l’étendue du territoire national) et permettre aux populations d’avoir la bonne information sur les moyens de ripostes mis en place par le gouvernement, en vue de maîtriser le virus. Tout ceci, avec le concours et l’abnégation des professionnels de l’information et de la communication.

« On est qu’au début de cette lutte, donc nous sollicitons la mobilisation générale des médias publics et privés dans la bataille contre le covid-19. Et dans ce cadre, il est attendu de vous le renforcement et la qualité de l’information. Car l’information de qualité a un impact sur la vie et la santé des populations. (…) La lutte contre le covid-19 est transversale,  la commission de communication du comité technique de riposte est totalement disposée à mettre à votre disposition tous les supports nécessaires de sensibilisation qui s’appliquent à nos réalités. » a dit Lydia Mikolo au cours de la rencontre.

Centre d’appel d’urgence: 3434

Du constat général, au-delà des mesures barrières présentement adoptées par le citoyen lambda pour se protéger du Covid-19 et limiter sa propagation, l’intox et la mauvaise information sur l’inexistence de la maladie au Congo Brazzaville sont les premiers ‘‘ennemies d’Etat’’.  Chaque jour, les idées reçues plongent bon nombre de citoyens dans le pessimisme. Ceux-ci brillent par l’incivisme,  foulant au pied toute forme de recommandation sanitaire édictée par le gouvernement (le cas du non-respect du confinement).

Pourtant, le covid-19 sévit déjà au Congo depuis mars dernier et les statistiques de sa propagation évoluent de manière rapide et spectaculaire (d’une dizaine de cas, le Congo a atteint plus de 60 cas en quelques semaines seulement, sans parler de la centaine de personnes contacts encore non identifiées). D’où, l’accent doit être mis sur la promotion des comportements appropriés et le port du masque face à la menace covid-19. Dans ce sens, le comité technique de riposte qui pilote le centre d’opérations d’urgence de santé publique a été doté de nouveaux équipements, avec un supplément d’effectifs composé de sachant et de volontaires. Tous disposés à répondre à chaque alerte lancée sur le numéro d’urgence : 3434 avec la participation active des services de sécurité civile (Sapeurs pompier).

Comité technique de riposte en réunion.

“LYDIA MIKOLO SUR LE NUMÉRO D’URGENCE ET L’INTERVENTION RAPIDE”.

Concernant la prise en charge des malades, la ministre de la santé a éclairé la lanterne des journalistes. Elle a déclaré qu’aujourd’hui, six centres de prise en charge sont opérationnels sur les huit prévus. Aussi, depuis les cinq décès survenus (pour cause de large évolution des symptômes), la ministre asserte que l’état d’autres patients qui se sont déclarés à temps, a été stabilisé suivant le protocole de prise en charge spécifique, pour chaque cas.

Ainsi, l’automédication est prohibée dans le traitement du covid-19. Cela ne devrait se faire qu’en milieu médical pour des résultats probants. Tout ceci, pour éviter d’exposer les personnes vulnérables et de développer la forme grave de la maladie.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
21 + 29 =