Le Président Pascal Lissouba

Le professeur Pascal Lissouba n’est plus. Celui qui a présidé aux destinées du Congo de 1992 à 1997 est bel et bien décédé ce 24 Août à Perpignan en France, au moment où les Congolais n’ont pas encore digéré la perte de l’ancien président, Jacques Johachim Yhombi Opangault.

« Avec un cœur lourd et meurtri, je vous annonce la mort de mon père le professeur Pascal Lissouba, ancien président de la République du Congo » a posté Jérémie Lissouba, fils de l’illustre disparu et député national qui à lever l’équivoque sur ce qui paraissait une simple rumeur.

Selon la déclaration rendue publique par Honoré Sayi, porte-parole de L’Union Panafricaine pour la Démocratie Sociale (Upads), le professeur est décédé des suites d’une longue maladie.

De son vivant, il est réputé par son ambition de faire du Congo ‘‘une petite Suisse’’. Cette pensée, pourtant mal interprétée, anime encore de nombreux économistes et politiques congolais. A l’instar de l’ancien ministre des Zones économiques spéciales (ZES), Alain Akouala Atipault qui reconnait de l’avoir qualifier de « sceptique » et par la suite, a vite ressaisi les réelles motivations.

Les temps forts de son parcours politique sont entre autres sa nomination au poste de ministre de l’agriculture (1963-1965) au gouvernement de Fulbert Youlu, le premier président du Congo indépendant.

Pascal Lissouba, homme de science à l’intellecte réputé a vite intégré les rangs du régime Massamba-Débat en qualité de premier ministre, avant de fonder L’UPADS en 1991. Ce, grâce aux opportunités offertes par l’avènement du multipartisme au Congo. Ce parti politique lui a permis de conquérir le pouvoir en 1992 à la faveur des élections présidentielles. Un symbole fort de la Démocratie instaurée par la conférence nationale souveraine. Il l’emporte et devient président de la République du Congo de 1992 à 1997.

Malheureusement, au terme d’une guerre civile l’opposant à Denis Sassou N’Guesso, l’actuel locataire du palais du peuple, Pascal Lissouba est renversé. Depuis lors, l’ancien président vivait en exil en France.

Sa disparition arrive au moment où le Congo, sous menace de la crise sanitaire mondiale pleure encore, Jacques Joachim Yhombi Opangault, un autre ancien président de 1977 à 1979. Les Congolais sont donc doublement épleurés.

Le Président Joachim Yhombi Opangault

Puisque, deux de ceux qui devraient relayer à la jeune génération le parcours politique du Congo en 60 ans d’indépendance ont été arraché par la mort la même année. On peut d’ores et déjà dire que 2020 est une année sombre pour le Congo.

Né le 15 novembre à Tsinguidi dans le district de Mayoko département de la Bouenza, Pascal Lissouba est compté parmi les figures de proue de l’ancienne génération qui a marqué de son emprunte l’histoire et la destinée de la République du Congo, avant et après l’indépendances.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
12 × 1 =