Le message sur l’état de la nation délivré par le président de la République Denis Sassou N’guesso ce Vendredi 29 Décembre 2018 devant le parlement réunis en congrès, a porté l’écho de son optimiste légendaire et sa volonté de parachever son programme de société tout en abordant certaines réformes qui s’imposent malgré la crise économique.

‘‘Je rassure, qu’il n’y aura ni bouclier de protection pour les uns, ni rompe de sanctions pour les autres face aux délits économiques tels qu’ils soient. Il n’y aura ni mini fretins ni gros poissons, tout passera par la nasse du droit et de la justice’’. C’est par ces mots délicatement choisis du jargon populaire congolais que le président de la République a voulu  rompre le cou dans son discours d’un peu plus d’une heure, à la polémique sur le privilège jusqu’ici accordé à certaines personnalités du pays, qui d’une manière ou d’une autre se seraient rendues coupables de délit économique. Ce, conformément aux attentes du peuple congolais.

Aussi, concernant les tergiversations mal interprétées par certains sur les négociations entre le gouvernement et le Fond Monétaire International, Denis Sassou N’guesso a apporté sa version des faits : ‘‘Les négociations évoluent en toute transparence. Un mémorandum de politique économique et financière 2018-2021 a été adressé au Fond Monétaire International. Le budget de l’Etat pour l’exercice 2019 a été élaboré sous le regard attentif de cette institution. L’étude diagnostique sur la gouvernance et la corruption a été réalisée. La loi portant création de la société nationale des pétroles du Congo a connu des réaménagements pour tenir compte des exigences du Fond Monétaire International.’’

Puis, sur les conséquences de la crise économique eu égard du social des Congolais, le président en appelle au sens de responsabilité du monde du travail : ‘‘J’appelle une fois de plus, les syndicats professionnels à la responsabilité. La quiétude qui règne sur l’ensemble du territoire national nous en joint de poursuivre à l’unissant l’œuvre de consolidation de la paix. Ainsi, le droit à l’exercice de grève n’est pas incompatible avec la recherche des compromis qui permettent d’avancer même sur des questions sensibles. La société civile est interpellée au profit de réarmement du moral de nos concitoyens, en l’occurrence, des jeunes empêtrés dans de nouvelles formes de violence urbaine.’’ Allusion faite au phénomène « bébés-noirs ».

L’occasion a également permis à Denis Sassou N’guesso de réaffirmer toute sa fermeté et son sens de la rigueur : ‘‘Désormais, à tous les échelons de l’Etat, chaque acteur est exposé à la rigueur de la loi. Alors, il n’y aura plus place pour les jérémiades. Il n’y aura de la place que pour l’action partout et à tous les niveaux.’’

Enfin, le président s’est satisfait de la paix retrouvée progressivement dans le département du Pool : ‘‘ De ma seconde promesse, devant le parlement réuni en congrès, de sortir le Pool de sa saturation d’otage. Ce département a retrouvé sa tranquillité. L’accord de cesser le feu et de cessation d’hostilité signé le 23 Décembre 2017 a Kinkala, s’exécute sans entrave. Le retour de la confiance a rendu possible le ramassage de plus de 8. 000 armes, munitions et explosifs naguère détenus par des miliciens.’’

Ce retour à la paix marque aussi une promesse de lendemain meilleur pour le peuple congolais qui en attend d’avantage du président de la République. Ce dernier avec beaucoup d’enthousiasme leur a souhaité ses vœux de bonheur pour le nouvel an 2019.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
24 ⁄ 8 =