Emissions est une page de détente à travers plusieurs émissions de First Médiac et ses partenaires.
Le président Denis Sassou N’Guesso va entamer à partir du 27 novembre, un nouveau mandat à la tête de la Communauté Economiques des Etats de l’Afrique Centrale. Ledit mandat est fait de plusieurs défis, notamment dans le domaine économique. Denis Sassou N’Guesso devra proposer des mécanismes pouvant permettre de booster l’économie de la sous-région qui a connu deux coups successifs, à savoir la baisse drastique du prix des matières premières dont le pétrole et la crise sanitaire dont les effets dépassent de très loin le seul cadre économique. En homme de défis, le Chef de l’Etat congolais n’est pas à son premier challenge. Il a d’ailleurs conduit les reformes qui ont abouti à la nouvelle structuration de cette institution. Réformes dont l’objectif était « d’améliorer l’efficacité et l’efficience de la Communauté, pour en faire une Communauté Economique Régionale viable et forte, dotée d’un Exécutif à l’architecture rénovée et adaptée aux défis de l’heure », expliquait Ahmad Allam-Mi à Brazzaville, en octobre 2019. Ces changements adoptés au cours du sommet de Libreville en Août dernier ont porté, notamment, sur la transformation du Secrétariat Général de la CEEAC en une Commission. L’organe exécutif a été alors doté de plus de prérogatives et de marge de manœuvre pour conduire le processus d’intégration régionale, et sécuritaire, avec l’insertion du Conseil de paix et de Sécurité de l’Afrique Centrale (COPAX) dans l’architecture institutionnelle de la Communauté. Au cours de ce nouveau mandat à la tête de la communauté sous régionale, le chef de l’Etat congolais est appelé à mettre en place des mécanismes qui devront permettre de relever deux défis majeurs : la crise économique et la crise sanitaire. Il devra mettre bouchées doubles pour que la zone CEEAC retrouve son équilibre macro-économique. Un objectif dont l’atteinte passerait par l’effectivité de la diversification de l’économie, qui doit devenir une priorité des pays de la sous-région. Maintenir la tendance baissière des taux de contamination dans la sous-région et en filigrane éviter une deuxième vague de l’épidémie en Afrique centrale est un autre défi de taille, au regard de l’immensité des besoins liés à la lutte contre la pandémie à coronavirus. Considérée comme la région la moins intégrée du continent, l’Afrique centrale fait les frais d’une bipolarisation CEEAC-CEMAC qui a souvent laissé entrevoir des germes de rivalités entre pays. La question a été sur la table des experts qui ont réfléchi dans le sens d’aboutir à une seule et unique institution. La création d’une seule institution communautaire en Afrique centrale permettra une réelle intégration économique culturelle de l’Afrique centrale, face à la bipolarisation actuelle considérée comme un frein à l’intégration. Denis Sassou N’Guesso devra mener à bien cette autre réforme, en rappelant à ses pairs, l’intérêt de concrétiser cette option pour le bien-être des populations. Un autre défi est, sans conteste, la lutte contre le terrorisme et donc, le rétablissement et le maintien de la paix dans la sous-région où certains pays font face, de façon directe, aux assauts meurtriers des groupes Djihadistes. Féru de l’écologiste du premier plan, fiché, Denis Sassou N’Guesso devra prendre en compte la lutte contre les changements climatiques dans la sous-région. Il ne peut en être autrement dans la mesure où il en a toujours fait son leitmotiv. Est-il besoin de rappeler qu’il est le Président de la Commission forêt du bassin du Congo ? Il mettra sans doute son expérience, dans ce domaine au service de la sous-région.

18EME SOMMET CEEAC : DENIS SASSOU N’GUESSO DE NOUVEAU A LA TÊTE DE LA...

Le président Denis Sassou N’Guesso va entamer à partir du 27 novembre, un nouveau mandat à la tête de la Communauté Economiques des Etats de l’Afrique Centrale....
PME : LES ENTREPRENEURS ONT DIT LEURS DIFFICULTES La seconde journée de la descente effectuée par le directeur général des Petites et moyennes entreprises (PME), Rudy Stephen Mpiere-Ngouamba a été une occasion propice pour les entrepreneurs d’exposer le calvaire vécu en la période du confinement. Au cours de cette seconde descente, Rudy Stephen Mpiere-Ngouamba accompagné cette fois-ci par le directeur général de l’agence nationale de l’artisanat, Serge Gaston Mondele Mbouma a visité tour à tour, l’établissement de restauration Concept situé à Poto-poto. La délégation a été reçu par Jules Patrick Ngamba, gérant principal de Concept. Au terme de la visite guidée, il a souhaité un contact plus privé avec le directeur général pour énumérer plusieurs préoccupations ayant impacté leur activité. Avant d’ajouter « on ne peut pas pleurnicher, nous tous nous sommes censés connaître que le monde traverse un cauchemar. (…) peut être on trouvera une réponse tant attendue de notre côté ». Ensuite, le cortège a pris la direction de la rue Lénine à Moungali pour visiter Leslie Mellrose, tenancière du salon de coiffure Mellrose Hair. Celle-ci a profité de cette visite pour signaler « … du côté de l’impôt et vue le confinement, depuis le mois de mars, ça été compliqué pour nous. A commencer par la prise en charge des employés surtout sans recette et les propriétaires des maisons n’ont pas été aussi compréhensibles. On n’a reçu aucun soutien de l’Etat ».

PME : LES ENTREPRENEURS ONT DIT LEURS DIFFICULTÉS

La seconde journée de la descente effectuée par le directeur général des Petites et moyennes entreprises (PME), Rudy Stephen Mpiere-Ngouamba a été une occasion...
COTE D'IVOIRE : LE PROCESSUS DE RECONCILIATION NATIONALE S'ACCELERE Le président ivoirien Alassane Ouattara a acté la remise du passeport diplomatique à Laurent Bagbo. Un acte qui ouvre la voie à un éventuel retour de l’ancien président, 9ans après son absence au pays. La candidature d'Alassane Ouattara en vue d'un troisième mandat avait suscité de vives tensions politiques en Côte D'Ivoire. L'opposition constituée essentiellement d'anciens chefs d'État a même qualifié cet acte de coup d'état constitutionnel. Un tableau qui a occasionné les violences pré et postélectorales avec à la clé plusieurs morts et blessés, laissant planer l'ombre des conflits antérieurs. Notamment celui de 2010 dont les souvenirs sont encore visibles et présents dans les esprits. En effet, dans le but de décrisper la crise politique, fille du scrutin du 31 octobre, Alassane Ouatarra vainqueur de ce dernier s'est donné pour nouvelle ambition de rencontrer certains leaders politiques jugés robustes pour aplanir toutes les divergences qui y règnent.

COTE D’IVOIRE : LE PROCESSUS DE RECONCILIATION NATIONALE S’ACCELERE

Le président ivoirien Alassane Ouattara a acté la remise du passeport diplomatique à Laurent Bagbo. Un acte qui ouvre la voie à un éventuel...
Le directeur général des Petites et moyennes entreprises (PME), Rudy Stephen Mpiere-Ngouamba apporte du 17 au 18 novembre, son soutien moral et quelques propositions d’innovation aux entrepreneurs évoluant sur la place de Brazzaville. Durant deux jours, Rudy Stephen Mpiere-Ngouamba à la tête d’une délégation composée de ses collaborateurs et quelques partenaires visitent tour à tour, les femmes et les hommes d’entreprise qui poursuivent leurs activités en cette période de crise économique aggravée par la pandémie à coronavirus. L’initiative s’inscrit dans le cadre de la célébration de la semaine mondiale de l’entreprenariat. Le but de cette approche est donc de booster le moral de ces travailleurs de la première heure, en prêtant une oreille attentive à leurs doléances pour mieux comprendre les difficultés qu’ils traversent présentement. Une occasion toute choisie par le directeur général des PME de leur formuler de fortes propositions afin de se réinventer un certain management adapté spécifiquement en cette période de covid-19.

PME : LA DIRECTION GÉNÉRALE AU CHEVET DES ENTREPRENEURS

Le directeur général des Petites et moyennes entreprises (PME), Rudy Stephen Mpiere-Ngouamba apporte du 17 au 18 novembre, son soutien moral et quelques propositions...
05 PRESUMES TRAFIQUANTS DES POINTES D’IVOIRE A LA BARRE A OWANDO Une audience portant sur la criminalité faunique est prévue ce 18 novembre, à la Cour d’appel d’Owando où cinq présumés trafiquants d’ivoire vont comparaître. Ces individus de nationalité congolaise ont été arrêtés depuis le 05 février 2019 à Etoumbi dans le département de la Cuvette-Ouest, avec 41 pointes d’ivoire pesant plus de 86 kg. Les pointes d’ivoire saisies représentent un massacre de plus de 20 éléphants. Ils sont donc poursuivis pour importation, détention, circulation illégales et commercialisation des trophées d’une espèce animale intégralement protégée (éléphant). Les peines prononcées par le Tribunal de Grande Instance d’Ewo à leur encontre dans cette affaire ont été qualifiées de laxistes et non conformes aux prescriptions de la loi par le ministère public et la direction départemental de l’économie forestière de la Cuvette-Ouest. Ces derniers ont donc interjeté appel devant la Cour d’Appel d’Owando.

05 PRÉSUMÉS TRAFIQUANTS DES POINTES D’IVOIRE A LA BARRE A OWANDO

Une audience portant sur la criminalité faunique est prévue ce 18 novembre, à la Cour d’appel d’Owando où cinq présumés trafiquants d’ivoire vont comparaître....