Photo e famille

La Fédération syndicale des travailleurs de la communication (Fesytrac) et affiliées organisent depuis le 29 septembre, un monitoring dans l’optique de se faire une idée nette sur la participation des femmes congolaises dans les médias en 2020.

Contrairement à l’édition précédente, la 5e édition du Projet mondial du monitoring des médias (GMMP en anglai) est marquée en cette année 2020, par une faible représentation des femmes congolaises dans les médias. Les premiers chiffres des travaux organisés par les parties prenantes parlent d’un pourcentage de 1,91 %.

Selon la Fesytrac, ce faible taux s’explique, entre autres, par la crise de Coronavirus réduisant le train de vie des États. Cette fédération syndicale dirigé par son secrétaire général Edouard Adzotsa est affiliée à la Fédération internationale des journalistes et à la FAJ. Elle est également partenaire de l’association mondiale de la communication chrétienne (Wacc) basée à Toronto au Canada.

Les travaux en cours

En effet, le projet qui est né dans les années 2000 s’exécute dans tous les pays du monde chaque 5ans. L’objectif étant de mesurer au terme d’une opération de dépouillement des journaux de tous les médias, de connaître l’ensemble des activités menées par les femmes ayant suscité la couverture médiatique.

Le monitorage des médias est une initiative de l’association mondiale de la communication chrétienne, Wacc qui compte à son actif 5 éditions. Notamment, celle de 2000, 2005, 2010, 2015 dont le taux de participation est évalué à 4 % et 2020.

Il faut signaler que le thème de cette édition 2020 est ‘‘Femmes, occupez les médias’’ et les travaux durent une semaine.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
5 − 4 =