Maître Kiss Moukala/Image DR

Le manque de valeur morale de certains pratiquants du Jiu-jitsu en République du Congo a conduit au disfonctionnement de la fédération selon Maître Kiss Moukala, qui demande aux athlètes Jiu-jitsuka de continuer à se perfectionner dans leurs clubs respectifs.

Maître Kiss Moukala a fait cette invite le 20 juillet, au cours d’un entretien accordé exclusivement à First Médiac. L’occasion a permis de dénicher l’origine des malentendus qui sèment le trouble dans la Fédération congolaise de Jiu-jitsu et Self-défense (Fécoju-self).

Selon lui, « le disfonctionnement est né, suite aux mauvaises pratiques de certaines personnes venues dans le monde du Jiu-jitsu. Ce sont des pseudos pratiquants. Parce qu’un pratiquant est reconnu par sa valeur morale. Mais, quand il en manque, c’est décevant. Voilà le mal du Jiu-jitsu. »

Maître Kiss Moukala

Dans cette atmosphère brûlante qui affecte tous les clubs de Jiu-jitsu, le Maître se dit écœuré de voir un groupe d’athlète effectuer des voyages au nom de la fédération, « sous les yeux des pouvoirs publics qui assistent à une telle démagogie » au moment où la fédération n’existait plus.

INTÉGRALITÉ DE L’ENTRETIEN AVEC MAÎTRE KISS MOUKALA SUR LE JIU-JITSU AU CONGO

Cependant, Kiss Moukala qualifie de « légitime », l’initiative du président élu de ladite fédération, Bériche Djoubé qui effectue une série de descente dans les clubs affiliés à Brazzaville. Si possible s’étendra sur l’étendue du territoire national. « C’est une démarche normale en tant que président élu, parce qu’il faudrait se conformer aux textes, nous sommes des légalistes. Il est bien de prendre la température des clubs à l’orée des élections pour le changement du bureau. » a-t-il exprimé.

Descente du Président Bériche Djoubé et sa délégation au club Eben-Ezer

Sur les échéances avenirs, notamment l’assemblée générale élective qui serait tenue en octobre prochain, Maître Kiss, très ferme, affirme qu’il ne sera pas candidat en lice. Une révélation qui pourra mettre un terme à des polémiques de tout genre, suite à ses efforts fournis dans l’épanouissement de cet art martial au pays. « Je veux soutenir le Jiu-jitsu sur le plan national, afin que l’extérieur sente que la structure vit. Sans pourtant être dans la course au pouvoir. » a-t-il renchéri.

Profitant de l’instant, il lance un message à l’ensemble des Jiu-jitsukas de continuer à travailler et rester à l’abri des aspirations de tout oiseau de mauvais présage.

Maître Kiss Moukala, 7e dan, est président national de la commission des hauts gradés de la Fédération congolaise de Jiu-jitsu et Self-défense. Il est responsable du dojo de la gendarmerie au camp de Bifouiti à Brazzaville.

Maître Kiss Moukala/ Crédit Photo Ben Hoskin

Il est également cofondateur de l’Union congolaise du Jiujitsu (Ucoju), une association d’art martial qui a milité durant des années, pour la mise en place de la Fécoju-self. Une fédération officiellement reconnue en 2014 par les pouvoirs publics et Réné Serge Blanchard Oba en est le premier président.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
25 − 5 =