Convoqué par le président en exercice de la Fédération Congolaise de Judo et Disciplines Associées, Marien N’gouabi Ikama, le conseil fédéral siégé ce 15 Février 2019 au stade Ornano pour décider de la suite à donner à la sempiternelle crise qui bloque le bon fonctionnent du Judo congolais.

C’est sous une fine pluie battante que les délégations des présidents des ligues venus des départements du pays (Pointe-Noire, Bouenza, Cuvette-Ouest et Cuvette centrale, etc…) et les responsables des clubs affiliés se sont présentés dans la salle de conférence de l’Association Sportive Inter-Club de Brazzaville aux environs de 13 heures. Après vérification de présence, le quorum a été largement atteint soit 28 conseillers sur 39, avec 2  excusés et 9 absents.

Photo de famille des conseillers de la FECOJU-DA

Prenant la parole, le président du conseil fédéral Marien N’gouabi Ikama s’est clairement exprimé eu égard des conseillers en ces termes : «  Je vous ai convoqué pour qu’ensemble, on regarde ce qui depuis 2016 empêche le bon fonctionnement de notre fédération. Que chacun me dise librement qui est l’auteur de la crise. Est-ce l’un des conseillers, est-ce le bureau exécutif ou moi-même le président ? ».

Cela a comme apporté une sérénité dans la conscience collective des conseillers qui sans ambages ni contrainte se sont exprimés en leur âme et conscience pour d’abord identifier les maux qui minent la FECOJU-DA et par la suite, appliquer sous base des statuts et règlement intérieur des sanctions qui s’imposent. Cela,  au cours des débats intenses.

Les conseillers se sont interrogés sur l’absence de certains responsables du bureau exécutif qui pourtant semble-t-il ont été invités comme les 28 présents. Il a été reproché au président Marien Ikama d’être laxiste à faire appliquer la loi d’une part. De l’autre, les conseillers ont jugé bon de sanctionner les auteurs de troubles qui selon eux entravent le fonctionnement de la FECOJU-DA qui en réalité ne connait aucune crise en son sein.

La ‘‘pseudo crise’’ serait donc l’œuvre de l’égocentrisme de certains membres du bureau exécutif, ont-ils constaté. D’où, au nombre des décisions prises, le conseil fédéral a dans le communiqué final clôturant les travaux décidé de : « la radiation avec interdiction de pratiquer le judo sur le territoire congolais suivant l’article 100 du règlement intérieur de la FECOJU-DA de certains membres du bureau exécutif. Il s’agit de Ata Asiokarah neyl Francis, premier vice-président et Aya Caloger, Secrétaire général adjoint, suite à leur cas d’indiscipline considéré comme faute grave. »

A noter que, la Fédération Congolaise de Judo et Disciplines Associées a annoncé de la tenue de son assemblée générale d’ici trois mois.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
15 × 26 =