Cette journée est une occasion offerte à toute personne de faire preuve de bienveillance envers les nombreuses espèces animales à travers le monde. Il s’agit de lutter pour les droits des animaux et de créer un monde où les animaux seront toujours considérés comme des êtres vivants doués de sensibilité.

Eléphants, lions, girafes, léopards, rhinocéros, gorilles, hippopotames, pangolins sont entre autres animaux menacés de disparition.
Les causes principales du déclin de ces espèces seraient la déforestation, donc la perte de leur habitat (causé principalement par l’agriculture et l’exploitation des ressources forestières), le braconnage et le trafic de produits de faune prohibés.

Le Groupe des spécialistes du pangolin de la CSE de l’UICN par exemple estime que plus d’un million de pangolins ont été braconnés au cours de la dernière décennie, en d’autres termes, un pangolin toutes les cinq minutes.

A cet effet, plusieurs actions sont entreprises par certains pays et ONG à travers le monde afin d’atténuer les conséquences de cette catastrophe écologique.

Tel est le cas du réseau EAGLE (Eco Activists for Governance and Law Enforcement) présent dans huit pays africains à savoir : le Cameroun, le Congo, le Gabon, le Togo, le Bénin, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.
EAGLE a commencé ses activités au Cameroun avec LAGA en 2002 avant d’être reproduit dans ces pays précités. Il mène ensemble, avec les autorités de ces différents pays, une lutte acharnée contre la criminalité liée aux espèces sauvages et la corruption. Grâce à l’appui d’EAGLE, l’on dénombre à ce jour, plus de 2 000 trafiquants d’espèces sauvages emprisonnés.

Au Cameroun, deux individus ont été arrêtés le mois dernier avec un chimpanzé vivant lors d’une opération de répression. Une action faisant suite à des informations reçues par LAGA concernant le vol d’un chimpanzé dans un sanctuaire de la région côtière. Chimpanzé retrouvé dans un grand entrepôt à proximité d’un magasin de carrelage chinois.

En République du Congo, plusieurs présumés trafiquants de produits de faune sont interpellés, jugés et condamnés dans certaines localités du pays. Un cas récent est celui de l’interpellation de six présumés trafiquants d’ivoire au cours de deux premiers mois de cette année à Pointe-Noire. Ces derniers avaient été interpellés avec quatre (4) pointes d’ivoire, pesant 101,3Kg, représentant approximativement quatre (4) éléphants abattus ainsi que plusieurs objets travaillés en ivoire à savoir 20 baguettes, 15 pendentifs, 04 bracelets ronds, 02 baguettes avec billes. Ces individus, faisant parti d’un réseau, sont encore derrière les barreaux à la maison d’arrêt de Pointe Noire, en attente de leur procès.

Cette arrestation avait été réalisée par les éléments de la Gendarmerie nationale avec l’appui des agents de la Direction Départementale de l’Économie Forestière de Pointe Noire et avec l’assistance technique du PALF (Projet d’appui à l’Application de la Loi sur la Faune sauvage), membre du réseau EAGLE.

En rappel, la journée des animaux devient internationale le 8 mai 1931, lors du Congrès international pour la protection des animaux à Florence, en Italie. Elle fut fixée le 4 octobre. Cette date étant le jour de François d’Assise, saint patron de l’écologie et des animaux.

Pour Saint François d’Assise : « Le monde animal, comme toute la création, est une manifestation de la puissance de Dieu, de sa sagesse et de sa bonté, et comme tel, mérite le respect de l’homme ». Ce dernier est considéré comme l’un des grands défenseurs de la cause animale.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
15 × 2 =