L’annonce a été faite par Arlette Soudan Nonault, ministre du tourisme et de l’environnement lors d’un échange avec la presse à Brazzaville. Le Congo prendra part à la COP 24, 24ème conférence des parties prenantes à la convention cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques prévue du 2 au 4 décembre prochain à Katowice, en Pologne.

Après la tenue de la COP 23 à Bonn en Allemagne, les parties avaient convenu de se retrouver pour faire avancer l’Accord de Paris élaborer avec pour élaborer un manuel pour faciliter la mise en œuvre dudit accord. Ainsi deux conférences sur les changements climatiques ont été convoquées en mai et septembre 2018 respectivement en Allemagne et en Thaïlande pour débattre de la question.

Malheureusement ces travaux n’ont pas abouti aux résultats escomptés pour la tenue de la COP 24. Compte tenue de ses potentialités en matière des écosystèmes grâce à ses forêts, ses mangroves, ses tourbières et son bassin hydrographique le Congo prendra activement part pour susciter l’intérêt des bailleurs de fonds et autres partenaires financiers pour le financement des initiatives en cours dans le pays : les mangroves et les tourbières.

Les enjeux de ces assises seront donc l’élaboration des procédures pour la mise en œuvre de l’accord de Paris et la recherche des soutiens financiers auprès des bailleurs de fonds et autres partenaires financiers.

«La COP 24 sera l’occasion de promouvoir et une recherche de financement pour la Commission climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo», a expliqué Arlette Soudan Nonault, ministre du tourisme et de l’environnement en sa qualité de la coordonnatrice technique de la Commission climat Bassin du Congo.

Ces deux initiatives entreprises à Marrakech lors de la COP 22 afin de lutter contre les changements climatiques. L’occasion est une fois de plus donnée aux participants de rappeler aux bailleurs de fonds et autres partenaires financiers l’indispensable soutien financier de leur part au profit des écosystèmes forestiers dont les tourbières et les mangroves.

La commission technique a été mise en place pour préparer les documents devant aider le groupe des négociateurs à mieux avancer les dossiers en cours.

Notons que la délégation congolaise sera conduite par le chef de l’Etat Denis Sassou-N’Guesso, président de la Commission climat du Bassin du Congo.

De notre partenaire externe,

Achille Audite.TP

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
24 − 7 =