Le contrat qui lance l’opérationnalisation du fonds bleu a été signé entre la  commission climat du bassin du Congo, le Pnud Maroc, le programme 4C Maroc et le cabinet Ernst & Young le 05 avril 2019, au terme des travaux d’étude de préfiguration du fonds bleu pour le bassin du Congo à Brazzaville.

LIRE AUSSI FONDS BLEU : LA MISE EN ŒUVRE DES PREMIERS PROJETS PRÉVUE EN 2020

Ce résultat tant souhaité par les chefs d’Etats africains lors du premier sommet de la commission climat et du fonds bleu pour le bassin du Congo en avril 2018, a été concrétisé par la volonté et la détermination des 16 pays ayant approuvés les conclusions des travaux d’étude de préfiguration du fonds bleu pour le bassin du Congo.

Dans ce sens, les participants à cette étude de préfiguration ont pris une série de recommandations pour booster la démarche du cabinet Ernst & Young. Question de rendre plus efficaces et plus cohérents l’ensemble des mécanismes tant politiques que financiers de cet outil important qui est le Fond Bleu.

Les recommandations

Il s’agit entre autres de : Prendre en compte les 24 programmes sectoriels de l’économie bleue adoptés par les Ministres  et les CDN des pays; intégrer la compensation carbone dans les projets à sélectionner pour alimenter le pipeline de projets ; faire valider par les membres de la CCBC, avant le début de la sélection des projets, la grille des critères de maturité et de bancabilité des projets proposée par le cabinet EY, (pour le lot 1 Plan d’investissement)

Et de :   impliquer les analystes financiers des organisations sous régionales ou régionales d’Afrique et les Ministères en charge des finances des pays membres de la CCBC dans le processus de définition du véhicule financier; prendre en compte les projets présentant un caractère sous régional; partager les questionnaires d’enquête préalablement avec les parties prenantes pour un enrichissement éventuel et approbation, (pour le Lot 2 Véhicule financier)

Ainsi, les pays membres pourront d’ores et déjà parler d’une seule voix face à la communauté internationale, sur les enjeux du changement climatique et l’urgence à y apporter des solutions idoines via des financements des projets, à partir d’un fonds commun dit : le Fonds Bleu.

Satisfaction et perspectives

Puis, clôturant les travaux, la coordonnatrice technique de la commission climat du bassin du Congo, Arlette Soudan-Nonault, plus qu’émue, s’est satisfaite de la qualité de ces assises et du résultat obtenu. « … Je vous dis un réel plaisir même un moment d’émotion parce que là nous avons fait un pas de géant. Nous avons devant nous, près de 50% de notre feuille de route qui a été déroulée ce jour.   (…) Ces deux activités constituent une étape très importante dans le cadre du processus d’opérationnalisation non seulement de la commission climat du bassin du Congo, mais surtout de son instrument financier le fond bleu pour le bassin du Congo ».

A noter que la coordonnatrice technique a rassuré les points focaux de l’implémentation des recommandations de cet atelier et poursuivre le travail de suivi. Toutefois, Arlette Soudan-Nonault sollicite aux partenaires de répondre aux besoins d’appui financier, pour la mise en œuvre des activités prévues dans la feuille de route adoptée par les ministres en Avril 2018 à Brazzaville.

1 COMMENT

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
15 + 30 =