La session des travaux d’étude de préfiguration du fonds bleu pour le bassin du Congo s’est ouverte ce 04 avril à Brazzaville sous la houlette de la coordonnatrice technique de la commission climat du bassin du Congo, Arlette Soudan-Nonault, ministre congolais du tourisme et de l’environnement.

La cérémonie s’est déroulée en présence des ambassadeurs (Points focaux) des seize pays signataires de la charte du fonds bleu pour le bassin du Congo. Cette étude va définir la feuille de route d’exécution, de mise en œuvre  de l’ensemble des mécanismes devant permettre aux pays membres du bassin du Congo de transformer leur économie en une économie « banque-carbone », respectueuse de l’environnement, suivant les objectifs liés à l’accord de Paris.

Présidium

Pour se faire, la commission climat du bassin du Congo a sollicité l’expertise en la matière du cabinet Ernst & Young, sous la supervision du Pnud New-York. Cette étude de préfiguration du fond bleu comporte deux lots : le premier est consacré à l’élaboration du plan d’investissement des programmes sectoriels de l’économie bleue adoptés par les ministres en lien avec les  contributions déterminées nationales présentées par les états membres des communautés économiques régionales présentés lors de la Cop 21 à Paris en Décembre 2015.

Le deuxième est consacré à l’élaboration de tous les outils politiques, diplomatiques, techniques, juridiques d’un véhicule financier destiné à doter le fond bleu pour le bassin du Congo d’une gouvernance aux normes mondiales au service des attentes des Etats, des entreprises, des partenaires techniques et financiers  et des populations.

Patrice Le Feu

‘‘Nous allons apporter toute notre technicité, avec les experts et représentants de la commission fond bleu du bassin du Congo, le 4C Maroc, les acteurs du Pnud et tous les pays que nous allons mobiliser, associer (…) nous allons donner de notre mieux pour mettre sur les rails ce gros projet qui doit servir l’ensemble de l’économie de la sous-région et doit faire figure de pilote pour pouvoir établir  dans la sous-région du bassin du Congo, une économie fondée sur le climat, l’environnement et avec, à la clé, une volonté de créer de l’emploi, des ressources, de la richesse réparties sur l’ensemble de la population’’. A dit le représentant d’Ernst Young, Patrice Le Feu.

Pour Arlette Soudan-Nonault, l’optimisme est bien réel : « Je puis donc vous assurer que le Congo va jouer pleinement son rôle au côté de tous les Etats membres de la commission (…) Avec la réalisation de cette étude, nous avons l’illustration de : l’opérationnalisation du fonds bleu pour le bassin du Congo est en marche », Paraphrasant le président Denis Sassou N’guesso, président de la commission climat du bassin du Congo et initiateur du fond bleu.

Photo de Famille

Cette session s’est refermée le 05 Avril par la signature du contrat entre la  commission climat du bassin du Congo, le Pnud Maroc, le programme 4C Maroc et le cabinet Ernst & Young. En attendant la présentation de cette étude de préfiguration sur la table du  grand sommet du climat à New-York en septembre 2019.

33 COMMENTS

  1. *Thanks for making the honest attempt to speak about this. I believe very robust approximately it and want to read more. If it’s OK, as you gain more in depth wisdom, would you thoughts adding extra articles similar to this one with additional information? It might be extremely useful and useful for me and my friends.

  2. *I really got into this article. I found it to be interesting and loaded with unique points of interest. I like to read material that makes me think. Thank you for writing this great content.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here