La réunion entre le premier ministre clément Mouamba et la délégation du Fond Monétaire International (FMI) conduite par Alex Ségura-Ubiero n’a pas abouti à la date de signature de l’Accord-programme. La mission de l’institution de Bretton Wood a relevé néanmoins des avancées dans la gouvernance et la gestion des finances eu une réunion de mise au point avec Clément Mouamba, premier ministre, chef du gouvernement. Ainsi, elle exhorte le pays à poursuivre des réformes.

«Nous avons proposé des reformes qui pourraient être mises en œuvre de façon plus rapide. Nous avons finalement parlé de la situation de la dette qui est en cours d’amélioration. L’économie, de façon globale, connaît une croissance grâce au secteur pétrolier. Il y a donc une évolution de la dette plus rapide que prévue. Mais la dette publique congolaise reste encore insoutenable», a expliqué Alex Segura-Ubiergo qui a promis poursuivre des négociations avec les créanciers extérieurs principalement la Chine et les Traders pour sortir le Congo de la crise économique actuelle.

Il s’est abstenu par contre de dire exactement la date de signature de l’Accord-programme, tout en relevant que des progrès ont été faits par la partie congolaise. Ensemble, ils envisagent avoir une discussion interne pour arrêter la date où cet accord pourrait être finalisé.

Le FMI se dit satisfait des autorités congolaises qui ont prouvé leur volonté d’aller de l’avant afin de trouver un terrain d’entente pour que l’engagement pris par les deux parties soit salutaire.
«Nous avons proposé des réformes et avons reçu l’engagement du premier ministre pour les faire avancer», a expliqué le chef de la délégation.

Le FMI attend que le plan d’action soit opérationnel pour espérer avancer de façon positive dans les prochaines semaines. Le chef de la délégation a épinglé la situation économique au Congo et a dit la volonté de leur institution de soutenir le pays pour mieux faire avancer le dossier Congo.
Cependant, il a relevé un taux de croissance très faible dans le secteur hors pétrole. Sa délégation reconnait toutefois la détermination du Congo à faire des efforts pour mobiliser plus de recettes.

Pendant son séjour, la mission a mis à jour le cadrage du système macroéconomique du Congo, c’est-à-dire l’état d’exécution du budget, la situation de la croissance, de l’inflation. Ceci en vue de redéfinir une nouvelle stratégie de structuration de la dette aussi bien intérieure qu’extérieure.
Arrivée le 5 novembre, la délégation du FMI était venue poursuivre des négociations entamées en 2016 entre cette institution de Bretton Wood et le Congo. Le dossier en débat est attendu au prochain conseil d’administration du FMI à Washington, qui statuera sur la conclusion d’un accord-programme triennal de financement. Il est destiné à relancer les équilibres macroéconomiques du pays. La délégation est rentrée à Washington le 14 novembre pour faire le rapport de sa mission à Brazzaville. Elle promet faire un rapport positif sur l’état d’avancement des discussions.

Il sied de noter que, lors de cette réunion, le premier ministre, Clément Mouamba avait à ses côtés, deux membres du gouvernement à savoir Gilbert Ondongo et Calixte Ganongo respectivement ministre des finances et du budget, et celui de l’économie, de l’industrie, du développement du secteur privé et du portefeuille public.

De notre partenaire externe,

Achille Audite.TP

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
13 + 16 =