PRESIDENTIELLE 2021 : EL HADJ DJIBRIL BOPAKA MISE SUR UN SCRUTIN APAISE Le président du conseil islamique du Congo, El Hadj Djibril Bopaka se dit satisfait des conclusions de la concertation politique de Madingou au cours d’un échange ce 03 décembre avec la presse. A l’occasion d’un point de presse animé à Brazzaville, El Hadj Djibril Bopaka est revenu sur le bien fondé des assises de Madingou tenues du 25 au 26 novembre dernier. Il se félicite de la qualité des débats et de l’ambiance qui a prévalu entre différents acteurs politiques et ceux de la société civile. Face à la communauté musulmane du Congo, il a signifié que le dialogue de Madingou est « un pont vers les élections libres et apaisées » avant d’ajouter « nous sommes partis à l’essentiel dans le sens que nous avons une obligation de la constitution avec des délais qui sont déjà connus ». En dépit de son satisfécit, le président du conseil islamique du Congo souligne les quelques irrégularités liées à cette grand-messe. Le cas de certaines doléances non prises en compte pourtant formulées dans le sens d’assainir le fichier électoral, constituant la pomme de discorde à l’orée de chaque bataille électorale. A l’instar « de la question de la biométrie qui nécessite beaucoup de temps dans le processus de sa mise en place ».
El Hadj Djibril Bopaka

Le président du conseil islamique du Congo, El Hadj Djibril Bopaka se dit satisfait des conclusions de la concertation politique de Madingou au cours d’un échange ce 03 décembre avec la presse.

A l’occasion d’un point de presse animé à Brazzaville, El Hadj Djibril Bopaka est revenu sur le bien fondé des assises de Madingou tenues du 25 au 26 novembre dernier. Il se félicite de la qualité des débats et de l’ambiance qui a prévalu entre différents acteurs politiques et ceux de la société civile.

EXTRAIT DU DISCOURS D’EL HADJ DJIBRILBOPAKA

Face à la communauté musulmane du Congo, il a signifié que le dialogue de Madingou est « un pont vers les élections libres et apaisées » avant d’ajouter « nous sommes partis à l’essentiel dans le sens que nous avons une obligation de la constitution avec des délais qui sont déjà connus ».

SUIVEZ LA MÊME ACTIVITÉ EN REPORTAGE VIDEO

En dépit de son satisfécit, le président du conseil islamique du Congo souligne les quelques irrégularités liées à cette grand-messe. Le cas de certaines doléances non prises en compte pourtant formulées dans le sens d’assainir le fichier électoral, constituant la pomme de discorde à l’orée de chaque bataille électorale. A l’instar « de la question de la biométrie qui nécessite beaucoup de temps dans le processus de sa mise en place ».

Pour plus de transparence, El Hadj Djibril Bopaka invite les potentiels candidats à désigner leurs représentants dans chaque bureau de vote sur l’ensemble du territoire national.

De la concertation politique de Madingou, on retient la tenue de l’élection présidentielle en date du 21 mars 2021, la révision des listes électorales ainsi que la distribution des cartes d’électeurs à domicile.

PRESIDENTIELLE 2021 : EL HADJ DJIBRIL BOPAKA MISE SUR UN SCRUTIN APAISE Le président du conseil islamique du Congo, El Hadj Djibril Bopaka se dit satisfait des conclusions de la concertation politique de Madingou au cours d’un échange ce 03 décembre avec la presse. A l’occasion d’un point de presse animé à Brazzaville, El Hadj Djibril Bopaka est revenu sur le bien fondé des assises de Madingou tenues du 25 au 26 novembre dernier. Il se félicite de la qualité des débats et de l’ambiance qui a prévalu entre différents acteurs politiques et ceux de la société civile. Face à la communauté musulmane du Congo, il a signifié que le dialogue de Madingou est « un pont vers les élections libres et apaisées » avant d’ajouter « nous sommes partis à l’essentiel dans le sens que nous avons une obligation de la constitution avec des délais qui sont déjà connus ». En dépit de son satisfécit, le président du conseil islamique du Congo souligne les quelques irrégularités liées à cette grand-messe. Le cas de certaines doléances non prises en compte pourtant formulées dans le sens d’assainir le fichier électoral, constituant la pomme de discorde à l’orée de chaque bataille électorale. A l’instar « de la question de la biométrie qui nécessite beaucoup de temps dans le processus de sa mise en place ».
Une vue du présidium face à la presse

Par ailleurs, la circonstance a donné lieu à El Hadj Djibril Bopaka d’annoncer officiellement la réouverture des mosquées de Brazzaville, longtemps restées fermées à cause de la pandémie de coronavirus. Un retour de prière en groupe qui se fera conformément au protocole sanitaire édicté par le gouvernement congolais.

Il s’agit du port obligatoire du masque, le respect de la distanciation physique sans négliger le nombre de personnes fixé à 50 par séance de prière.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
12 ⁄ 4 =