Philippe Mvouo salue les journalistes

Cette interpellation comme un couteau à double tranchant a été formulée par le président du conseil supérieur de la liberté de communication (CSLC), Philippe Mvouo le 13 janvier, à l’occasion de la cérémonie d’échange des vœux entre cette institution et les professionnels des médias.

LIRE AUSSI: PRESSE CONGOLAISE : SE DÉBARRASSER  DE SES GRANDES FRAYEURS ! 

Le cadre choisi pour la traditionnelle cérémonie a été les locaux de l’ancienne télévision nationale au sud de Brazzaville. Face aux professionnels des médias, les Ong et associations des droits de l’homme et de la défense des droits des consommateurs et autres partenaires, Philipe Mvouo a tenu un discours franc et direct pour interpeller l’ensemble des journalistes sur le respect strict de l’éthique et la déontologie en cette année nouvelle.

En effet, après avoir rappelé les acquis de l’année écoulée, le président du CSLC a axé son discours sur deux volets. Le premier va dans le sens des missions du CSLC et la nécessité d’exiger du gouvernement l’application des conclusions des dernières assises de la presse.

Le Président de CSLC, Philippe Mvouo

« De la protection des journaliste, le conseil a continué d’accomplir ce devoir comme il se doit. Ce qui est à déplorer, c’est le manque d’auto protection de certains journalistes qui se laissent aller à la facilité du gain à tirer, par la publication des informations souvent fausses ; et même si elles s’avéraient vraies, elles ne sont point soutenues par des preuves solides. Conséquences : des journalistes ont encore été trainés devant les tribunaux pour diffamation et/ou diffusion de fausses informations » a précisé Philipe Mvouo.

LIRE AUSSI: CSLC : LE SERMENT « JE LE JURE! »

Poursuivant sur autre aléas, il a déploré le manque du monitoring des médias « … son acquisition demeure encore du domaine du rêve. Continuerons-nous à être le seul organe de régulation de la communication qui n’a pas l’outil principal qui lui permet d’accomplir cette mission ? » s’est-il interrogé.

Aussi, Philippe Mvouo a insisté sur l’exécution des actes des assises de la presse congolaise de 2018. Lesquels devraient se traduire en actes concrets. Pour cela, « Nos regards restent fixés sur le gouvernement, pour que les résolutions et recommandations issues des assises touchent son attention et fassent l’objet d’un traitement diligent pour le bien de la profession journalistique, de ceux qui la pratique, du gouvernement lui-même, pour la visibilité et la lisibilité de son action et pour le peuple consommateur des œuvres médiatiques ».

LIRE AUSSI: PHILIPPE MVOUO : ‘‘IL FAUT TENIR COMPTE DU E-JOURNALISME’’

Tandis que dans le second volet de son discours, le président du Cslc a exhorté les journalistes à observer une habitude responsable et un professionnalisme indéfectible à l’approche et au cours de l’élection présidentielle d’ici à 2021. « Vous comprenez donc que le travail de régulation des médias et de la communication, cette année, requiert des acteurs de la communication de premier plan que vous êtes une forte concentration sur vos missions. Elle requiert aussi une responsabilité  aiguisée, une rigueur professionnelle et la rectitude d’un comportement éthique irréprochable (…) Votre rôle à jouer pendant les élections ne trouvera toute sa nécessité que si vos comportements et votre pratique professionnelle s’imbibaient de la substantielle éthique qui vous couronnera à tout jamais du bien, du bon servir public rendu». a-t-il souligné.

Le Président Philippe Mvouo salue Jean Eude Nganga, Président du Collectif des Médias en Ligne du Congo

Enfin, Philippe Mvouo a eu des mots bien choisis pour faire cette interpellation qui a notre sens devrait retenir l’attention de tout journaliste. « Au plan professionnel, la problématique d’une communication journalistique formatrice et informationnelle du public demeure un sujet d’actualité. Confrontée à la concurrence cruelle des médias traditionnels étrangers, et aujourd’hui rendue sauvage par les réseaux sociaux, la communication journalistique s’appauvri d’avantage, d’abord par la langue qui n’est plus souvent châtiée, ensuite par des programmes au contenu non attractif, et aussi par une quasi absence d’ambition à rénover les système interne à chaque média de communiquer avec leur public. »

3 COMMENTS

  1. I am curious to find out what blog platform you happen to be working with? I’m experiencing some small security issues with my latest website and I’d like to find something more secure. Do you have any suggestions?|

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
40 ⁄ 20 =