Image d'illustration

Le Tribunal de Grande Instance d’Oyo dans le Département de la Cuvette a rendu son verdict le 06 août 2020 sur l’affaire d’un trafiquant de produits de faune, arrêté le 21 juin, en flagrant délit de détention, circulation illégales et tentative de commercialisation de deux pointes d’ivoire, pesant au total 20 kg.

Ce militaire de la Garde Républicaine en poste à Brazzaville a été condamné à deux (2) ans  d’emprisonnement ferme, assorti de cinq cent mille (500.000) FCFA d’amende et de cinq cent mille (500.000) FCFA des dommages et intérêts. L’abattage, la détention et la commercialisation des trophées d’une espèce animale intégralement protégée (éléphant), sont les délits justifiant cette décision du Tribunal de Grande Instance de cette localité.

MAFIMBA Bonheur de nationalité congolaise avait été interpellé par les éléments de la Police nationale à Oyo dans le Département de la Cuvette. Informés, la Direction Départementale de l’Economie Forestière de la Cuvette et le Projet  d’Appui à l’Application de la Loi sur la Faune sauvage (PALF) avaient salué cette arrestation et ont apporté leur appui juridique dans ce dossier.

Pointes d’ivoire saisies

Ces ivoires avaient été achetés par ce délinquant faunique auprès d’un individu habitant un village situé à proximité d’une aire protégée avant d’être transportés à Oyo. Ce trafiquant de produits de faune s’apprêtait à les revendre à Oyo si les forces de sécurité publique n’étaient pas intervenues. Le Tribunal de Grande Instance d’Oyo se démarque en lançant un message fort en prononçant une peine exemplaire et réellement dissuasive à son encontre.

Par ailleurs, pas plus tard que le 29 juillet 2020 à Pointe Noire, deux nouveaux présumés trafiquants de produits de faune ont été arrêtés en flagrant délit de détention, circulation et commercialisation de deux peaux de panthère et d’un sac d’écailles de pangolin géant, pesant 7 kg. Ces derniers vont comparaître ce 11 août 2020 au Tribunal de Grande Instance de Pointe Noire. C’est la preuve que la covid-19 qui sévit actuellement à travers le monde n’a pas fait reculer les trafiquants de la faune sauvage lesquels,  dans leurs faits et gestes, s’organisent pour mettre à mal le patrimoine faunique Congolais.

Rappelons que l’éléphant, la panthère et le pangolin géant font partie des espèces animales intégralement protégées en République du Congo, conformément à l’Arrêté n°6075/MDDEFE / CAB du 9 avril 2011 déterminant les espèces animales intégralement et partiellement protégées.

En outre, l’article 27  de la loi 37/2008, du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées stipule :   «  l’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leurs trophées  sont strictement interdits ».

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
13 × 2 =